Crédit photo – Lunamarina / Fotolia.com

Depuis deux ans, un étrange concours a lieu chaque lundi dans un bar à la mode du quartier de Barranco à Lima, au Pérou. Assis face à un ordinateur, des écrivains, confirmés ou amateurs, s’affrontent, un contre un, le visage masqué tels des catcheurs. Ils ont cinq minutes pour écrire une histoire qui devra intégrer trois éléments imposés par les organisateurs. Ce qu’ils y gagnent ? La publication d’un livre et le respect du public qui ne se lasse pas de ces joutes littéraires. Les perdants, quant à eux, sont exclus et doivent retirer leur masque selon le rituel imposé aux catcheurs au Mexique. Original, ce championnat d’improvisation littéraire intitulé Lucha libro (« lutte libre ») est né de la difficulté d’un auteur, Christophe Vasquez, à se faire publier. Il explique avoir créé cette compétition pour faire connaître de nouveaux talents et aider à la publication de leurs livres. L’initiative rencontre un tel succès qu’elle est devenue l’un des événements culturels les plus importants de la capitale péruvienne et le public lui-même vient avec de quoi écrire pour coucher son histoire, selon les règles imposées, sur le papier. Mis à part l’aspect humiliant consistant à ôter son masque lorsqu’on a perdu la partie, je trouve la démarche plutôt intéressante !

Évidemment, l’événement a trouvé sa place sur Facebook. Donc si vous parlez espagnol… http://www.facebook.com/pages/LuchaLibro/137118563033159

About Author

Vous aimerez aussi

(C) Copyright  2018 lekawalitteraire.fr - Tous droits réservés

%d blogueurs aiment cette page :