Crédit photo : Arochau - Fotolia.com
Crédit photo : Arochau – Fotolia.com

L’assertion « L’outil fait l’expert » semble correspondre à ce que pense le journal gratuit 20 Minutes qui, le 13 décembre dernier, a décidé de supprimer (carrément !) son service photo… Treize salariés sont concernés par cette décision. Argument avancé par la direction du journal : faire des économies bien sûr ! Est-ce à dire que 20 Minutes ne sera qu’une liste de colonnes noircies de dépêches, avec une publicité par double page ? Que nenni ! La direction a déclaré vouloir s’appuyer beaucoup plus sur « les agences [ndlr : ça, on comprend et pourquoi pas !], la polyvalence des rédacteurs qui feront les photos et les vidéos [ndlr : là, c’est déjà moins évident, un bon rédacteur est-il nécessairement un bon photographe et un bon vidéaste ?] et Scoopshot, une application qui permet d’utiliser les photos des particuliers contre rémunération [ndlr : là, on reste carrément bouche bée !] ». Nous y voilà ! Le développement des nouvelles technologies, la baisse des prix, l’ouverture à la concurrence avec la mondialisation ont permis ces dernières années un accès plus aisé à des activités autrefois réservées aux professionnels ou à des amateurs de bon niveau. Ainsi, qui n’a pas un appareil photo numérique aujourd’hui, que ce soit un compact, un bridge ou un Reflex pour saisir des moments du quotidien ? Nos téléphones portables nous permettent même, désormais, de nous passer d’appareil photo (enfin, pour qui n’attache pas d’importance à la photographie !). Pour autant, l’outil fait-il l’expert ?

J’adore ceux qui disent « Waouh, il fait de belles photos ton appareil ! »… Hum, comment dire ? Oui, un appareil photo sert à prendre des photos mais s’il n’y a pas de regard derrière, pas d’intention, pas de cogitation pour obtenir tel ou tel effet, pour régler l’appareil selon la luminosité, pour décider de telle ouverture de diaphragme, de telle vitesse et j’en passe, que fait l’appareil ? Rien. Rien de rien.

Les photographies dans un journal ne sont pas là pour « faire joli ». Elles donnent du sens, accrochent le regard du lecteur, sont pensées en fonction de l’angle du papier. Bref ! Je pourrais multiplier les exemples à l’envi. Revenons à 20 Minutes. D’autres quotidiens ont tenté l’expérience, notamment le Chicago Sun Times. Tout en mettant à la porte ses photographes, ce quotidien a équipé ses rédacteurs d’IPhone… Résultat : un journal plat, sans âme, à la ligne éditoriale plus confuse avec des photos… ratées. Le Chicago Sun Times a donc récemment annoncé qu’il allait reconsidérer la question des photographes. Puissent 20 Minutes et son PDG s’en inspirer fortement et au cas où ce dernier n’aurait pas compris : un rédacteur est… rédacteur et un photographe… photographe ! Ce sont des métiers différents qui s’apprennent.

Demain, je sors un piolet, des chaussures de montagne, des crampons, un sac à dos… cela fera-t-il de moi une bonne alpiniste ?

 

About Author

Vous aimerez aussi

Comments ( 2 )

  • DENOYER MICHEL

    Comme dit le proverbe :
    A chacun son métier, et les vaches seront bien gardées

  • Monsieur k.

    “Moi, si j’avais eu la plume d’oie de Victor Hugo, je vous aurait écrit Les misérables !”. Débile. Ça n’a pas de sens.
    Si l’outil ne fait pas l’expert, l’ignorance, elle, fait la fortune de la médiocrité !

Comments are closed.

(C) Copyright  2018 lekawalitteraire.fr - Tous droits réservés

%d blogueurs aiment cette page :