A lire dans Télérama daté du 18 au 24 février un vibrant article sur la population syrienne qui tente, chaque jour, de résister à l’implacable régime de Bachar Al-Asad… grâce à l‘expression artistique. Les idées foisonnent pour dire « Non » à la dictature. Ici, c’est un théâtre de marionnettes « filmé à la façon des Guignols » et diffusé de manière clandestine qui prend vie. Là, de jeunes Syriens qui organisent des lâchers de balles de ping-pong dans les rues en pente de Damas aux heures de pointe. Sur les balles, des inscriptions appelant à la résistance. Là encore, les fontaines de la capitale ont vu leur eau se colorer d’un rouge sang pour rappeler les centaines de morts que comptabilise hélas le pays chaque jour. Non centralisées, ces actions désorientent l’armée qui ne sait pas où frapper indique, dans l’article, un rappeur de Damas. Et c’est heureux ! Gageons que la peur, bien légitime, et le manque de tout n’assèchent pas la créativité de ce peuple, parmi les plus anciens du monde antique.

About Author

Vous aimerez aussi

(C) Copyright  2018 lekawalitteraire.fr - Tous droits réservés

%d blogueurs aiment cette page :